Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Actualités Acidose lactique et METFORMINE
Navigation
Se connecter


Mot de passe oublié ?
 
Actions sur le document

Acidose lactique et METFORMINE

Par crpv1Dernière modification 11/07/2012 14:29

Penser à tous les médicaments pouvant contenir de la metformine…

Quelques rappels

L’acide lactique résulte de la transformation du glucose en anaérobiose. Il est régénéré en glucose par le cycle de Cori (néoglucogenèse). La lactatémie résulte d’un équilibre entre production et recyclage d’acide lactique.

L’acidose lactique survient lors d’une hyperproduction d’acide lactique et d’un défaut de son recyclage en glucose.

L’origine d’une hyperproduction est variée : insuffisance respiratoire, insuffisance cardiaque, anémie, exercice musculaire intense, choc septique, tumeur maligne…

Un défaut de recyclage est observé en cas d’insuffisance hépatique, de déficit en vitamine B1, de prise d’alcool, de médicaments (bêtamimétiques, antirétroviraux, salicylés…)

L’acidose lactique est un cercle vicieux

L’acidose, en diminuant le débit cardiaque favorise l’anoxie (augmentation du métabolisme anaérobie) et peut aboutir à une situation de choc avec augmentation de la glycogénolyse par les catécholamines et diminution de la néoglucogenèse par dysfonctionnement hépatique et rénal.

Le diabète apporte les facteurs de risque suivants :

-          hypoxie tissulaire par atteinte vasculaire

-          augmentation de la glycogénolyse liée au déficit insulinique

-          diminution de la perfusion rénale.

La metformine diminue la production hépatique et rénale du glucose à partir du lactate. Par ailleurs, elle augmente la production des lactates par l’intestin.

La metformine s’accumule dans l’organisme en cas d’insuffisance rénale fonctionnelle ou lors d’une compétition au niveau de son élimination.

En France, depuis 2005, le nombre de notifications de cas d’acidose lactique liés à la metformine est passé de 10 à 72 par an (mise au point de pharmacovigilance en date du 24 juin 2011). Une mise à jour récente confirme ces informations.

L’analyse de ces 72 cas, bien renseignés, met en évidence une insuffisance rénale aiguë chez la quasi-totalité des patients. L’évolution vers le décès est observée dans 20% des cas.

Les facteurs déclenchants de l’insuffisance rénale aiguë étaient principalement un épisode infectieux récent, un tableau digestif avec déshydratation ou une prise d’AINS.

Quels sont les signes cliniques d’une acidose lactique ?

-         Prodromes : crampes, asthénie sévère, douleurs abdominales et thoraciques.

-         Signes avérés : Hyperventilation, tachycardie, troubles de conscience plus ou moins importants, collapsus et troubles du rythme dus à l’acidose et à l’hyperkaliémie.

 

Devant des signes d’acidose lactique, une exposition à la metformine

doit systématiquement être recherchée.

Attention !!!

Aujourd’hui les médicaments suivants contiennent de la metformine :

 

Nom de spécialité

Substance(s) active(s)

DIABAMYL®

Metformine

GLUCOPHAGE®

Metformine

STAGID®

Metformine

EUCREAS®

Metformine, vildagliptine

GLUCOVANCE®

Glibenclamide, metformine

JANUMET®

Metformine, sitagliptine

VELMETIA®

Metformine, sitagliptine

METFORMINE génériques

Metformine

 

Comment diminuer le risque d’acidose lactique ?

La metformine doit être interrompue :

-         au moins 2 jours avant une anesthésie générale ou une intervention chirurgicale

-         dans toute situation susceptible d’entraîner une insuffisance rénale, en particulier l’injection de produit de contraste iodé,

-         dans toute situation s’accompagnant d’une déshydratation (diarrhée, vomissements, diminution de l’alimentation).

 

Les contre-indications de la metformine doivent être respectées :

-         Insuffisance rénale ou altération de la fonction rénale (clairance de la créatinine < 60 ml/min).

-         Affections aiguës susceptibles d'altérer la fonction rénale, telles que : déshydratation, infection grave, choc.

-         Maladie aiguë ou chronique pouvant entraîner une hypoxie tissulaire, telle que : insuffisance cardiaque ou respiratoire, infarctus du myocarde récent, choc.

-         Insuffisance hépatocellulaire, intoxication alcoolique aiguë, alcoolisme.

  

Pour tout renseignement sur les effets indésirables des médicaments,

pour toute déclaration de suspicion d’effet indésirable médicamenteux

 

Le Centre régional de Pharmacovigilance de Lorraine

est à votre disposition.

 

Téléphone : 03 83 85 27 60

Fax : 03 83 32 33 44

crpv@chu-nancy.fr

ou via GRANIT : http://granit.chu-nancy.fr (intranet)


Réalisé avec le CMS Plone, le système de gestion de contenu Open Source

Ce site respecte les normes suivantes :