Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Actualités Entéropathies à l’olmésartan
Navigation
Se connecter


Mot de passe oublié ?
 
Actions sur le document

Entéropathies à l’olmésartan

Par crpv1Dernière modification 06/03/2015 18:09

L’olmésartan appartient à la famille des inhibiteurs du récepteur de l’angiotensine II (ARA II) et est indiqué dans le traitement de l’hypertension artérielle seul ou en association avec d’autres traitements antihypertenseurs.

En juillet 2014, l'ANSM a informé les professionnels de santé du risque (très rare) de survenue d'entéropathie grave chez les patients traités par olmésartan ainsi que la conduite à tenir en cas de signes cliniques évocateurs [1].

Pour rappel, en août 2012, une équipe américaine a publié une étude concernant des entéropathies sévères chez des patients traités par olmésartan [2]. En juillet 2013, l’agence de santé américaine (FDA) modifiait le résumé des caractéristiques des produits (RCP) des spécialités à base d’olmésartan et publiait une information de sécurité destinés aux professionnels de santé.

En France, une étude de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés, réalisée à partir des données du SNIIRAM, confirmait l'existence d'une association entre l'exposition à l'olmésartan et les hospitalisations pour entéropathie. En juillet 2013, un premier point d'information par l'ANSM sur les « cas graves d'entéropathies associés avec l'olmésartan medoxomil » était alors envoyé aux prescripteurs.

L’olmésartan peut être à l’origine d’entéropathies se traduisant par une diarrhée chronique sévère avec une perte de poids pouvant parfois entraîner une hospitalisation prolongée. D’autres symptômes peuvent aussi être observés, comme des vomissements, une déshydratation avec insuffisance rénale fonctionnelle, une hypokaliémie voire une acidose métabolique.

L’entéropathie peut survenir plusieurs mois, voire plusieurs années après le début du traitement. Dans certains cas publiés, les biopsies duodénales montrent une atrophie villositaire simulant une maladie coeliaque. Une atteinte colique et gastrique est également possible [3].

Ainsi, devant un patient traité par olmésartan et développant des symptômes pouvant évoquer une entéropathie, il convient de l'adresser pour avis médical chez un gastro-entérologue. Si aucune cause n'est mise en évidence, le traitement par olmésartan doit être interrompu et remplacé par un autre anti-hypertenseur. L'arrêt d'olmésartan entraîne habituellement une amélioration rapide des signes cliniques d'entéropathies chez les patients.

Pensez alors à déclarer le cas en pharmacovigilance !

1.      http://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/84408c5b3401817a442662fcac2d18f9.pdf

2. Rubio-Tapia A et al. Severe sprue like enteropathy associated with olmesartan. Mayo Clin Proc 2012 ;87 :732-8.

3. Marthey L et al. Olmesartan-associated enteropathy: results of a national survey. Aliment Pharmacol Ther 2014;40:1103-9.

 

Spécialités contenant olmésartan:

ALTEIS, ALTEIS DUO, AXELER, OLMETEC, COOLMETEC, SEVIKAR.


Réalisé avec le CMS Plone, le système de gestion de contenu Open Source

Ce site respecte les normes suivantes :