Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Actualités Irinotécan: intérêt du génotypage UGT1A1
Navigation
Se connecter


Mot de passe oublié ?
 
Actions sur le document

Irinotécan: intérêt du génotypage UGT1A1

Par crpv1Dernière modification 04/08/2014 09:52

Prévenir la toxicité, améliorer l'efficacité

L’irinotécan est un inhibiteur spécifique de l'ADN (acide désoxyribonucléique) topo-isomérase I, actuellement largement utilisé dans le traitement des cancers colorectaux avancés.

L'irinotécan est métabolisé en SN-38 par la carboxylestérase dans la plupart des tissus. Ce métabolite SN-38 s'est révélé plus actif que l'irinotécan sur la topo-isomérase I purifiée, et plus cytotoxique sur plusieurs lignées de cellules tumorales murines ou humaines. L'inhibition de l'ADN topo-isomérase I par l'irinotécan ou le SN-38 est fonction du temps du contact avec les cellules et est spécifique de la phase S (1).

L’élimination de l’irinotécan se fait sous forme glucuronoconjuguée par l’enzyme hépatique uridine diphosphate glucuronosyltransférase 1A1 (UGT1A1). Or il existe des variations interindividuelles de l’activité UGT1A1 liées à la présence de polymorphismes génétiques dans la population générale.

La publication de Boyer et coll. (2) rapporte le travail commun du Réseau national de pharmacogénétique hospitalière (RNPGx) et du Groupe de pharmacologie clinique oncologique (GPCO) portant sur les études d’efficacité et de toxicité liées aux variations de séquences du gèneUGT1A1.

Les auteurs mettent ainsi en évidence les points suivants :

·         les toxicités hématologique et digestive pourraient être prévenues par la généralisation en routine hospitalière d’un simple test de pharmacogénétique avant l’instauration des traitements à base d’irinotécan pour des doses supérieures à 180 mg/m 2.

·         ce génotypage UGT1A1 pourrait permettre d’améliorer l’efficacité du traitement en permettant par exemple une intensification de dose chez les sujets non porteurs du trait génétique délétère.

Cette démarche nécessite des modalités de bonne exécution du test de génotypage, de tarification et d’interprétation des résultats, objectifs indispensables pour faciliter la mise en place de cette analyse en pratique clinique.

Ceci devrait être favorisé par l’existence d’un réseau national de laboratoires réalisant ce test de dépistage du déficit en UGT1A1en routine hospitalière, et garantir une égalité d’accès au test, une sécurité et une optimisation thérapeutique pour ces nombreux patients traités à base d’irinotécan pour un cancer digestif.

  1. Boyer JC et al. Interest of UGT1A1 genotyping within digestive cancers treatment by irinotecan. Bull Cancer 2014; 101:533-53.

 


Réalisé avec le CMS Plone, le système de gestion de contenu Open Source

Ce site respecte les normes suivantes :