Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Actualités Médicaments anti-acides pris au long cours...attention aux carences!
Navigation
Se connecter


Mot de passe oublié ?
 
Actions sur le document

Médicaments anti-acides pris au long cours...attention aux carences!

Par crpv1Dernière modification 13/06/2014 16:40

Deux grandes classes médicamenteuses sont à l’origine d’une diminution de la sécrétion gastrique : les inhibiteurs de la pompe à proton (IPP) et les anti-histaminiques H2 (anti-H2).

Une récente étude cas/témoin nichée dans une cohorte, ayant inclus près de 26 000 cas et 180 000 témoins, met en évidence qu’un diagnostic de carence en vitamine B12 est posé plus fréquemment chez les patients recevant un traitement au long cours (> 2 ans) par IPP ou par anti-H2 par comparaison avec les patients ne recevant pas de traitement anti-acide (1).

Chez ces patients traités au long cours (> 2 ans), une association plus importante était observée en cas de traitement à dose élevée, de sexe féminin et d’âge inférieur à 30 ans. A noter une absence de corrélation à la durée du traitement.

La vitamine B12 est exclusivement issue de l’alimentation, sous forme liée à certaines protéines alimentaires. Son absorption intestinale n’est possible qu’après dissociation des protéines, suite à une hydrolyse peptidique acide stomacale. Une augmentation du pH peut ainsi expliquer une diminution du clivage de la vitamine B12 et donc de son absorption intestinale.

Il faut donc penser à vérifier le taux de vitamine B12 chez les patients traités par anti-acides au long cours.

A noter que d’autres carences pourraient également survenir lors du traitement par IPP (2) :

·         Hypomagnésémie : plusieurs cas ont été publiés, principalement chez des patients traités au long cours. La FDA a publié une mise en garde à ce sujet (3) : à noter que dans un cas quart des cas étudiés la supplémentation en magnésium proposée n’était pas suffisante et un arrêt du traitement était nécessaire. Le mécanisme d’action n’est pas précisément connu, mais les IPP pourraient interférer avec le transport actif du magnésium au niveau de la barrière intestinale et augmenter les pertes digestives de magnésium.

·         Carence en fer : le pH acide stomacal permet au fer non héminique d’être libéré des complexes alimentaires et d’être réduit en une forme plus soluble, le fer ferreux. Une augmentation de pH peut théoriquement réduire cette absorption. Cependant, les données sont insuffisantes pour justifier un suivi systématique du bilan martial.

 

(1)    Jameson L, Schneider J, Zhao W et al. Proton Pump Inhibitor and Histamine 2 Receptor Antagonist Use and Vitamin B12 Deficiency. JAMA 2013, 22(310):2435-42.

(2)    Reimer C. Safety of long-term PPI therapy. Best Practice & research Clinical Gastroenterology 2013, 27:443-54.

(3)    FDA Drug Safety Communication : Low magnesium levels can be associated with long-term use of Proton Pump Inhibitor Drugs. Site consulté le 12-06-2014: http://www.fda.gov/drugs/drugsafety/ucm245011.htm


Réalisé avec le CMS Plone, le système de gestion de contenu Open Source

Ce site respecte les normes suivantes :